Accueil > Université (problèmes et débats) > Parcoursup, ORE etc… > Mobilisations en cours… màj 24 avril 2018

Mobilisations en cours… màj 24 avril 2018

mardi 24 avril 2018, par Laurence, Mariannick

Appel de la CNE des 21 et 22 avril

Appel de la Coordination Nationale Étudiante des 21 et 22 avril 2018

Nous, étudiant-e-s de 33 universités mobilisées réuni-e-s en coordination nationale étudiante à Paris 8 Saint-Denis les 21 et 22 avril, réaffirmons notre volonté de lutter contre la loi O.R.E et ce gouvernement Macron qui nous impose une sélection sociale. Fac populaire, fac féminisée, l’université de Paris 8 dans laquelle nous nous réunissons aujourd’hui est emblématique des facs qui accueillent les étudiant-e-s qui seront les plus pénalisé-e-s par le plan étudiant. Elle est aussi un lieu d’accueil pour les exilé.e.s qui occupent le bâtiment A depuis trois mois, c’est pourquoi nous sommes solidaires de tout.e.s les sans-papier.e.s et refusons tant le tri des étudiantes.es que le tri des migrant.es

Après les francs succès des 22 mars et 19 avril, les étudiant-e-s ont réussi à montrer leur force collective et à faire la jonction avec le monde du travail, jonction qui fait peur au gouvernement et que nous appelons à accentuer. En tant que futur-e-s travailleur-euse-s (quand nous ne travaillons pas déjà), nous nous battons aux côtés des cheminot-e-s, postier-e-s, hospitalier-e-s, sans-papier.e.s, exilé-e-s, demandeurs d’asile et de tous les secteurs en lutte. Partout, nous appelons a maintenir les occupations et les blocages pendant les vacances. Dès le 30 avril nous poursuivrons la grève.

Par ailleurs, nous appelons les lycéen-ne-s et les salarié-e-s à nous rejoindre dans la perspective de généraliser la grève recondutcible dans un maximum de secteurs.

Face à la mobilisation qui s’est développée contre cette réforme, avec des occupations de fac partout en France, la seule réponse du gouvernement a toujours été la répression ; après les évacuations des facs de Bordeaux, Lille, Strasbourg et Dijon, c’est maintenant un des centres les plus mobilisés, Paris 1-Tolbiac, qui a été évacué à l’aube. L’évacuation fut particulièrement violente. Tandis que la police et le gouvernement affirme qu’elle s’est effectuée dans le calme, de nombreux blessés (dont deux graves) sont recensés et aucune annonce n’est faite quant au possible coma d’un occupant. L’AP-HP et la préfecture de police nie les blessés et organisent une rétention d’information. Nous condamnons cette répression et exigeons justice et vérité pour les occupants de Tolbiac ainsi que la relaxe de tous les interpellé-e-s du mouvement. Nous appelons a des actions et rassemblements de soutien devant les préfectures dès lundi. Nous défendrons toutes les facs occupées menacées d’expulsion.

Malgré la répression l’heure n’est pas, et n’a jamais été, aux négociations et aux compromis avec le gouvernement. Nous appelons tous les étudiants à amplifier la mobilisation, et à manifester massivement dans la rue dès le mardi 24 avril, date de grève cheminote. Nous appelons aussi à participer au 1er mai avec des cortèges Interfacs et au 3 mai, temps fort avec journée de grève et de manifestations avec les salarié-e-s de l’Education, et appelons les lycéen-ne-s à bloquer leurs lycées. Enfin, nous faisons de la date du 5 mai une échéance de la mobilisation. De plus, nous appelons à participer à la coordination lycéenne nationale organisée ce jour à l’université bordeaux victoire.

Nous ne céderons pas aux pressions du gouvernement et de certaines présidences d’université sur les examens, et nous réaffirmons que nous nous mobiliserons jusqu’au retrait de la loi O.R.E. Pour permettre aux étudiants de continuer à lutter, nous appelons à l’aménagement ou à la validation automatique des examens et à leur blocage si les présidences des universités cherchent à les maintenir envers et contre tout.

Préparons une riposte à la hauteur de l’attaque, nous réaffirmons la nécessité d’une grève générale reconductible pour faire plier le gouvernement.

Nous exigeons :

- Le retrait de la loi ORE

- L’arrêt des poursuites à l’encontre des étudiants mobilisés, l’arrêt des interventions policières sur les universités.
- La vérité concernant les blessés lors de l’évacuation de l’université de Tolbiac

- Un investissement massif dans l’éducation à hauteur des besoins.

- La CNE affirme son soutien sans faille à tous le secteurs en lutte et à leurs revendications contre les mesures antisociales du gouvernement Macron : contre la casse des services publics, la précarisation générale du monde du travail et toutes les lois racistes et xénophobes.

Nous appelons à une prochaine Coordination Nationale Étudiante le 5 et 6 à Paris 3.

24 AVRIL

- Lyon 2 : Bernard Bouché, personnalité extérieure nommé au CA et membre de Solidaires, démissionne pour marquer son opposition à la politique répressive de la présidence et à la loi ORE.

- Poitiers : l’occupation et les blocages sont repartis de plus belle après la pause pédagogique. Etudiant.e.s, personnels et cheminot.e.s se retrouvent en AG. Une AG des personnels aura lieu le 25 à 13h30 à l’appel de SUD, du Snesup et de la CGT. Un point sur la situation dans l’article suivant.

23 AVRIL

- Communiqué de Presse de la Commune Libre de Tolbiac relatif aux dégradations du centre Pierre Mendès France

- Les étudiants lillois en grève des copies
Stéphane Maurice, Libération.

Un étudiant énumère ainsi les parties du plan qu’il aurait pu développer, prouve ses connaissances : « Je prends aujourd’hui le risque (de ne pas participer) à ces examens malgré mes révisions », explique-t-il. « Le tout pour continuer d’étudier sereinement, et continuer de me battre pour mon futur et celui des autres. »


Intégralité ici

- AG de 1000 personnes aujourd’hui, les étudiant.e.s de Lyon2 ne lâchent rien

- Lettre ouverte du comité de mobilisation de Saint-Charles (Paris 1)

Ceci est une adresse du comité de mobilisation Saint Charles. Nous occupons notre faculté depuis le jeudi 5 avril : nous sommes une soixantaine à vivre dans le centre où tous les étudiants sont les bienvenus. Une salle de pratique et une salle de travail avec une bibliothèque participative sont à disposition en permanence. Mais chaque jour, de nouveaux ateliers sont organisés et proposés, avec des cours alternatifs offerts par nos enseignants, des débats, des projections de films... Le lieu est un espace de convivialité où chacun apprend à se connaître. Des conversations riches naissent dans la salle commune et dans l’amphithéâtre, afin de développer nos idées, que ce soit à propos de politique, de culture, de philosophie...
En tant qu’étudiants mobilisés, nous sommes pour une université ouverte.

Le lapsus (l’assemblée nationale a voté l’occupation) indique sans doute le rêve d’un temps où les parlementaires voteraient contre les lois injustes, mal fichues ou iniques

Télécharger la lettre ouverte :

PDF - 33.3 ko

- L’ASSEMBLÉE GENERALE de Lyon 2 reconduit le blocage (627 votes pour, 294 contre, 59 abstentions) et réaffirme son engagement dans la mobilisation contre la casse de l’Université et la sélection !

19 AVRIL

- Aix-en-Provence  : Campus Saint Charles (Marseille - Sciences et ALLSH) bloqué « jusqu’au retrait de la loi ORE  ». Campus Schuman (Aix- ALLSH) bloqué (mais les examens ont lieu dans d’autres bâtiments). Campus Luminy (Marseille - Sciences) bloqué
- Amiens : 550 étudiants de l’Université de Picardie Jules Verne réunis aujourd’hui en Assemblée Générale.
- Avignon  : L’amphi AT02 d’Avignon est occupé. Que l’auto-blocage administratif n’empêche pas d’aller en AG…
- Lille Sciences Po : AG face à SciencePo Lille, bâtiment bloqué depuis ce matin.
- Nanterre : AG en plein air…
Nanterre 19 avril
- Paris  : 7 sites universitaires bloqués ou occupés : * Commune Libre de Tolbiac : (Paris 1 - centre PMF) bloquée et occupée jusqu’au retrait de la loi ORE (1800 pers. en AG). AG des personnels a voté la grève depuis lundi 9 avril * Paris 1 Saint-Charles : bloquée et occupée depuis le 6 avril * Institut de géographie : fermé administrativement depuis 2 semaines par peur d’une AG * La Sorbonne (P1/P4) : occupation et expulsion le 12 avril. Fermée administrativement * Paris 3 Censier : bloquée et occupée depuis le 9 avril (AG 1000 personnes) * Paris 4 Clignancourt bloquée et occupée * Paris 4 Malesherbes : une manif anti-blocage a provoqué la fermeture administrative de la fac * Paris 5 Henri Piéron (Boulogne) : fermée administrativement après une tentative de blocage jeudi 12 avril * Paris 7 (Grands Moulins) : Fermée administrativement après le déblocage par les flics le 12 avril * Paris 8 (Saint-Denis) : Bloquée et occupée (2 bâtiments) * Nanterre : Bloquée et occupée partiellement depuis mardi 10 avril (800 personnes). Entièrement bloquée le 16 avril. Blocage reconduit le 17 avril par une AG de 1500 personnes. AG des personnels a voté la grève à partir de mardi 10 avril * EHESS : bloquée et occupée en journée depuis mardi 10 avril * Sciences Po : bloquée - bâtiment du 27, rue Saint-Guillaume

- Strasbourg : 8h30 : Deux bâtiments à l’Unistra restent bloqués : le Patio et le Nouveau Patio. Cours et examens sont suspendus au Patio, sauf les examens qui vont être relocalisés. Les étudiants concernés sont informés via leur ENT.
Une AG de 120 personnels (la première de cette ampleur depuis des années) a permis l’adoption de 11 motions :

PDF - 100.3 ko

Entre 500 et 600 étudiants et lycéens ont convergé avec les cheminots Place de la gare. 3000 au départ, certainement entre 4 et 5000 ensuite. Vidéo de la jonction étudiants/lycéens/cheminots.

18 AVRIL

- Angers  : AG de plus de 500 personnes aujourd’hui.

-  Rennes 2 : les étudiants sont présents au rassemblement des postiers pour leur 100e jour de grève.

- Strasbourg : 8 bâtiments du campus central (dont le Palais U et le bâtiment de la présidence) sont bloqués après que les étudiants déménageurs se sont affairés de 6 à 8h. Pas d’intervention des CRS. Mais dans la nuit une soixantaine de militants de droite et d’extrême-droite avaient procédé à un déblocage de presque tous les bâtiments. L’UNI était présente. Mais aussi des membres de l’Action française qui ont apposé des auto-collants que des membres de l’UNI décollaient pour signifier qu’ils ne cautionnent pas l’AF. Ce qui ne les a pas empêchés d’oeuvrer ensemble au déblocage...

17 AVRIL

Aix-en-provence  : le campus Schuman (fac de lettres) d’AMU est bloqué par les étudiants, au début de la 1e semaine d’examens.

16 AVRIL

- Aix-Marseille : avant chaque partiel, motion lue par les autres enseignants mobilisés à Aix-Marseille Université contre la loi ORE.

- Nanterre  : toute la fac bloquée, partiels annulés : un 20/20 politique à tous.
- Rennes 2 : AG à 12h30. Plus de 3500 personnes !

- Strasbourg : AG à 10h30 Strasbourg - PATIO (qui est de nouveau bloqué).
Récit de Pierre Dubois
- Paris 1 : AG à Tolbiac à 10h, Amphi N. Les étudiant.e.s et personnels mobilisés semblent en cours d’organisation pour bloquer la totalité des centres délocalisés de Paris 1 (centres Malher et René-Cassin, Institut de géographie, Maison des sciences économiques (MSE) et le 17 rue de Tolbiac seront fermés demain, mardi 17 avril, toute la journée).

La BIS est fermée jusqu’à nouvel ordre.

14 AVRIL

- Toulouse : Pétition (par le Collectif des personnels mobilisés de l’UT2J, scandalisés par l’appel à demi-mot à avoir recours aux forces de l’ordre contre les personnels et étudiant mobilisés.)

L’Université ne mérite pas ça - Appel de l’Université Toulouse - Jean Jaurès


- Tolbiac : 19h, Fête de soutien aux cheminots

13 AVRIL

- Tolbiac

- Marseille
Blocage complet du campus Saint-Charles (sciences)

- Lyon 2
Expulsion policière de l’occupation de l’université Lyon 2 qui avait voté le blocage illimité et l’occupation de nuit hier. 1 occupant a été frappé plusieurs fois à la tête.

12 AVRIL

- Paris 1 : Motion adoptée par l’AG des personnels administratifs et enseignant

L’assemblée générale des personnels de l’université Paris réunie le 12 avril 2018 au centre PMF a réuni plus de 100 personnes et a adopté les motions suivantes :
- La grève des personnels est reconduite jusqu’au 21 avril inclus.
- Non tenue des examens jusqu’au retrait de la loi ORE.
- Prise en compte du seul contrôle continu pour les épreuves programmées avant les vacances de printemps.
- Soutien à la motion votée lors de l’AG du Département des langues

- Tours : 4 lycées bloqués (Balzac : 3e jour de blocage ; Paul-Louis Courier, Grandmont, Vaucanson), manif à 2000 personnes, essentiellement des lycéen.ne.s
- Nanterre :
AG des personnels (motion à télécharger dans son intégralité ci-dessous)

PDF - 65.7 ko
Nanterre 12 avril

Nous sommes l’université. On nous menace, on nous brutalise et on nous ment.
Dans ce contexte, l’activité de l’université ne peut pas suivre son cours normal.

Aussi, nous personnels mobilisé-es, avons voté à l’unanimité la grève jusqu’à la prochaine assemblée générale mardi 17 avril 2018.

Nous votons ce jour l’annulation des examens et la validation automatique avec la note politique de 20/20. Nous appelons les collègues à faire de même et appelons à des assemblées générales extraordinaires de tous les départements et UFR, afin que tous les collègues puissent être consultés démocratiquement.


Voir aussi le communiqué de la FERC-Sup CGT et du SNESUP à la page « Violences »

- Paris  :
Suite à l’AG interfac, 400 personnes occupent la #sorbonne. La police est devant mais d’autres manifestants aussi. Sous les parapluies les étudiants à l’extérieur et l’intérieur de La Sorbonne chantent « Le temps est pourri, le gouvernement aussi  ». Les portes sont toujours closes. Devait s’y tenir une AG inter-universités !

L’occupation vient d’être votée à l’unanimité suite au refus permanent du rectorat de laisser rentrer les étudiant.e.s. La fac demeurera occupée jusqu’à ce que l’AG puisse se dérouler dans les conditions revendiquées.
Après 8 heures d’occupation, les flics sont entrés, ont frappé les étudiants et les ont évacué.
"Après trois heures de négociations infructueuses" avec eux, le recteur a requis l’intervention des forces de l’ordre "avec regret" selon son cabinet.

JPEG - 264 ko

Convergence Nanterre, Tolbiac, Cheminots à Saint-Lazare à 14h30.

JPEG - 189.4 ko

- Strasbourg
Assemblée générale à 700 aujourd’hui à Strasbourg.
Listes des votes : Ne plus accepter l’UNI en AG : adopté à la majorité. Bloquer le Nouveau Patio en illimitée : adopté à l’unanimité, même les antiblok d’hier.
Banalisation des cours & examens le 19/04 : adopté à l’unanimité.

- Marseille : fac de sciences, site Saint-Charles totalement bloqué (seul un amphi était occupé depuis une semaine)

- AMiens
Réunis en AG, les étudiants de l’Université Picardie Jules Verne Amiens ont voté pour le blocage du campus le 19 avril, jour de manifestation des cheminots.

- Paris 5
AG de 80 étudiants (dont les 10 Fage acoquinés avec la présidence), 15 EC et Biatss. Motions classiques à une large majorité. Vote du blocage du site de Boulogne -> fermeture par l’administration avant occupation.

- Nanterre : énorme AG, avec cheminots et postiers. Et profs de lycée. Et Clémentine Autain. Jonction à 14h30 gare Saint-Lazare avec les cheminots.

JPEG - 436.9 ko
JPEG - 396.7 ko
JPEG - 510.8 ko

- Lyon 2
AG de 500 personnes. 535 voix pour la reconduction du blocus, 198 contre et 28 neutre.

- Brest
Action « chaises vides » ce matin à la fac Segalen. Une chaise = 10 lycéen-nes qui ne seront pas admis-es à l’Université !

JPEG - 79.6 ko

- Paris 7 Denis Diderot
Contre la sélection, en soutien à #NDDL, aux cheminot.e.s, contre les politiques du gouvernement, la Halle aux Farines de Paris 7 bloquée aujourd’hui par les étudiants qui avaient mis poubelles et barrières devant les entrées filtrées depuis plusieurs jours déjà par le service de sécurité de la fac. Quelques paisibles CRS sont arrivés puis visiblement l’administration a fermé elle même le site jusqu’à… samedi.

JPEG - 149.7 ko

- Grenoble :
1500 étudiant.es en AG sur le campus de #Grenoble pour le 4ème jour d’occupation !

11 AVRIL

- Paris 1 Tolbiac
Plus de 2500 personnes réunies à Tolbiac aujourd’hui pour soutenir l’occupation menacée d’expulsion et les autres facs mobilisées.

- Metz
Le blocage de l’UFR SHS a été voté par l’AG du Saulcy.

- Nanterre

Motion des personnels de l’université Paris Nanterre, le 11 avril 2018
Le 9 avril 2018, le président de l’université Paris Nanterre, M. Jean-François Balaudé, a requis l’intervention de la police sur le campus et à l’intérieur des bâtiments de notre université, où se tenait une Assemblée Générale d’étudiants mobilisés contre la loi Orientation et Réussite des Etudiants (loi ORE) et le dispositif ParcourSup.

En présence de dizaines de membres du personnel, également réunis en Assemblée Générale pour la même raison, les CRS en très grand nombre ont brutalisé tous les étudiants, en ont interpellé et menotté plusieurs, placés ensuite en garde à vue pendant 24 heures.

M. Jean-François Balaudé a tenté après coup de justifier sa décision en prétextant que des individus non identifiés (une vingtaine, qui devient ensuite une trentaine dans un deuxième communiqué présidentiel) avaient fait irruption dans nos locaux. Il est avéré qu’il s’agit au mieux d’une lourde et impardonnable erreur d’appréciation, plus probablement d’une inacceptable manipulation politique, tous les témoignages attestant que les personnes rassemblées, violentées et arrêtées ce jour-là relevaient à un titre ou à un autre des activités légitimes de notre établissement.

Depuis les faits, M. Jean-François Balaudé ne cesse de répéter sa version, contredite par les images filmées pendant l’intervention des CRS et par l’identité désormais avérée des sept personnes interpellées.

Rappelant qu’il est de la prérogative exclusive des présidents d’université de convoquer l’intervention des forces de l’ordre sur les campus (franchise universitaire), nous, enseignants, enseignants-chercheurs, personnels administratifs, personnels techniques, BIATSS de l’université Paris Nanterre, réunis ce mercredi 11 avril en Assemblée Générale sur le campus :

* exigeons la démission de la présidence de notre établissement de M. Jean-François Balaudé, qui s’est rendu irrévocablement indigne du mandat électif que notre communauté lui avait confié ;

* exigeons l’abandon immédiat de toute poursuite contre les sept personnes interpellées le 9 avril.

Adopté à l’unanimité moins deux abstentions le 11 avril par l’Assemblée Générale, réunissant 150 membres du personnel de l’université Paris Nanterre.

- Paris 8
AG de plus de 1000 personnes cet après-midi.

- Lille 2  : boycott des partiels
+ de 50% des Licence 1 sciences Po + de 60% des L2 sciences Po + de 60% des L3 sciences Po + de 90% des Master 1 sciences Po Des dizaines de droit et d’AES.

- Strasbourg
Intervention des CRS à 6h15 après déblocage des bâtiments pendant la nuit effectué par des membres de l’UNI et du Bastion social
* de 6h30 à 7h30 ballade en centre ville de 140 étudiants direction gare mais jeu du chat et de la souris avec CRS
* retour campus et tentative de blocage du lycée Marie Curie mais intervention des CRS
* poursuite du groupe d’étudiants par les CRS dans un centre commercial
* replis sur Campus, entrée dans un bâtiment avec alarme incendie (ATRIUM)
* prise du bâtiment Le Bel pendant 15 mn : alarme incendie désactivée par direction et portes fermées.
Ça n’est pas fini. L’administration bloque la fac ! Manifestations des étudiants. Du coup l’administration vient de fermer tous les bâtiments. Pas de cours…

AG de 2h30 devant le Patio, toujours fermé. Pas loin du millier de présents.
Trois votes après de très nombreuses prises de parole dont deux VP et pas mal de membres de l’UNI, vulgaires et violents dans le langage, acclamés par deux cents étudiants en moyenne :
- demande retrait de la loi ORE : majoritairement pour à 80 % (pas de décompte précis)
- participation à la manifestation du 19 avril : idem
- blocage du Patio : 430 contre et 420 pour. Récit circonstancié ici.
Le décompte a dû être fait deux fois et a duré très longtemps.
Bref, de très nombreux étudiants opposés au blocage sont opposés à la loi.

- Lyon 2
Le Campus Porte des Alpes est entièrement bloqué ce matin. L’ensemble des activités est donc suspendu sur ce campus qui restera fermé pour la journée.
Le site de Lyon 2 Bron est totalement bloqué, assemblée générale à 10h30.

- Rennes 2
Plus de 2000 étudiants ont voté le blocage de l’université hier.

10 AVRIL

En Ile de France, 8 antennes de facs sont bloquées : Tolbiac, St Charles (Paris 1), Paris 3 (Censier), Paris 4 (Clignancourt), Paris 6 (Jussieu), Paris 8, Nanterre (P10), EHESS.

Nanterre

Plus de 600 étudiants en AG ce matin.

JPEG - 61.5 ko

L’EHESS est bloquée ce matin

JPEG - 77.3 ko

Paris 1
Le centre Cassin et l’Institut de géographie sont fermés. Pour rappel, il n’y a ni cours, ni TD dans les centres Saint-Charles et Pierre-Mendès-France. Les bibliothèques de ces centres seront également fermées, même celle du 5e arrondissement.

Blocage de Paris 3 - Sorbonne Nouvelle. AG de ce matin ci-dessous

JPEG - 172.1 ko

Strasbourg : ce matin, en plus du Patio, les étudiants ont bloqué le Portique (Lettres/Arts et Staps + bibliothèque+ service informatique) et l’Escarpe (grands amphis
et Ecole de journalisme). Une compagnie de CRS est arrivée en renfort hier soir à Strasbourg. Reportage sur Rue89

JPEG - 93.8 ko

Une app-carte interactive dans Libération [1]



Carte diffusée par l’ASES (il en manque encore, par exemple, Limoges, Nice…)

PDF - 1.2 Mo
occupe ta fac

"Occupe ta fac", une belle série graphique d’Olivier Long, Paris 1.


• Aix en provence

- 5 avril  : l’AG des étudiants d’Aix-en Provence (enfin !)décidel’occupation des deux principaux amphithéâtresd’Aix-Marseille
- L’article de La Marseillaise le 5 avril

JPEG - 79.7 ko

• Bordeaux

Semaine 4 del’université libre de Bordeaux : programme !

Blocage le 22 et occupation toujours en cours à Bordeaux 2 depuis la première intervention policière.


• 3 avril : « emplois du temps substitutifs » proposés aux étudiants.
- manifestation avec les cheminots et les postiers à 10h 30
- 14h : conférence : la politisation des femmes avant le vote et une autre histoire du suffrage (Magalie Della Suda, chercheuse et prof en sociologie politique)
- 18h intervention des cheminots
- 21h cache cache ?

• 4 avril
- manfestation/rassemblement 10h30 à Pey Berland contre la loi Asile et Immigration https://www.facebook.com/events/190996134849984/
- conférence 15h30 : Walid Salem (directeur de publication de rue 89 Bordeaux) : " Comment lutter contre la désinformation


• Dijon

5 avril entretien sur le blocage du 4 avril.

3 avril : 12h30 : rassemblement esplanade Érasme, déambulation sur le campus 17h30 : Assemblée Générale, en salle 202 occupée.

Reportage de France 3 Bourgogne sur les raisons de l’occupation d’une salle à l’UB.

À partir du 26 mars 2018, des moments d’organisation contre la Loi Vidal auront lieu tous les lundi à 12h30 devant l’amphi Proudhon. Le 26, ce sera notamment l’occasion de répondre à l’appel à manif contre les attaques policières et fascistes sur les facs.
Occupation de la MSH par les étudiants cet après-midi (28 mars).
Depuis le 29 mars, la salle 202 du bâtiment Droit-Lettres sert de base d’organisation pour la lutte contre la Loi Vidal.

Le Soviet du Département d’Histoire de l’Université s’exprime
quant à l’emploi de la force à la fac lorsqu’il s’agit d’agitation politique :

"Nous, enseignants et étudiants du Département d’Histoire de l’Université de Bourgogne réunis en Conseil, exprimons notre indignation devant l’intervention policière aussi inutile que disproportionnée qui a eu lieu au sein du bâtiment droit-lettres de l’université le vendredi 16 mars 2018.
A l’occasion du discours de la ministre de l’enseignement supérieur devant la conférence des Présidents d’université, d’importants moyens policiers étaient rassemblés. Des étudiants exprimant légitimement leur opposition aux réformes en cours se sont vus poursuivis dans les couloirs par plusieurs dizaines de policiers, rompant avec tous les usages comme avec l’idée que nous nous faisons de l’université. Le président Alain Bonnin porte la responsabilité de ces actes qui attentent gravement à la liberté d’expression constitutive de l’institution universitaire.
Nous exigeons que la présidence s’explique sur cette situation, et prenne l’engagement explicite de ne plus recourir à la force contre les membres pacifiques de la communauté universitaire. Nous refusons la banalisation du recours à des forces de l’ordre et à des vigiles alors que l’université fonctionne normalement. Un refus de sa part mettrait gravement en cause la légitimité d’un pouvoir de plus en plus manifestement fermé à toute discussion.
En tout état de cause, nous resterons extrêmement vigilants face aux menaces qui pèsent sur ce qui constitue le cœur même de notre mission commune : la fonction critique
."

Le site DIJONCTER est en cours.


• Lille

- 5 avril : blocage depuis jeudi matin d’un campus de l’université (campus de Moulins)

- Occupation puis expulsion par les flics d’un amphi à Lille 3, blocage de l’IEP le 22, lundi 26 une AG qui se tenait à Lille 2 a été attaquée par des fafs, en réponse les participant-e-s à l’AG sont partis en manif sauvage dans les rues de la ville jusqu’à 22h.

- Manifestation des étudiants : l’université Lille 2 fermée le 28 mars par “prévention”. (France-info)


• Limoges

• Après un début poussif de la mobilisation en octobre, les choses se sont accélérées fin janvier, avec des AGs plus massives, des barrages filtrants et une bataille de tags dans le campus. Voir sur La Bogue.
• 3 avril : fac bloquée, AG à 14h


• Lyon2

3 avril  : vote de l’occupation du grand amphi de Lyon 2.

22 mars  : blocage du campus des Quais à Lyon 2.


• Montpellier

Blog de Montpellier contre la réforme ORE

Université libre, critique et ouverte à tou.te.s

Très grosse AG de 3000 personnes à Montpellier 3 hier 27 mars, occupation active votée à une très large majorité (après un vote écrasant pour une occupation d’une semaine. Des cours substitutifs sont mis en place depuis 15 jours.

La fac de droit et de science politique rouvre le 3 avril. Voir communiqué de la présidence au bas de ce document.

Historique de la mobilisation par un enseignant de Montpellier


•Nancy

Une salle du campus Lettres SHS est occupée depuis plusieurs mois par des étudiants opposés à la loi ORE. Des activités (information, débat, projections, repas conviviaux) s’y tiennent tous les jours.
Le campus est bloqué depuis jeudi 22 mars. Le 28 mars s’est tenue une AG d’environ 1000 personnes pendant presque quatre heures. Les débats, contradictoires, se sont tenus dans une ambiance tendue mais sans heurts.
La reconduite illimitée du blocage a été votée par plus de 600 personnes. Les opposants au blocage ont totalisé environ 340 voix.

6 avril
À Nancy, une assemblée générale de plus de 1 200 étudiants de la faculté de lettres et de sciences humaines a voté, jeudi, la poursuite du blocage du campus qui entre ainsi dans sa troisième semaine. Lors d’une autre AG sur le site du Saulcy à Metz, environ 250 étudiants ont voté le blocage à compter de vendredi du bâtiment d’arts-lettres-langues


• Nantes

3 avril : AG de 1300 étudiant-e-s. Blocus illimité voté à 700 voix contre 550. Probablement la plus grosse AG à la fac de Nantes depuis près de 10 ans.
Mise à jour en continu des infos .

Campus de lettres et sciences humaines bloqué le 22 mars, AG de 600 personnes. Après déblocage par la présidence dans l’après-midi, le blocus a repris vendredi 23 mars. Les revendications dépassent la question de la sélection puisqu’il s’agit aussi du droit des migrants qui occupaient un bâtiment de la Fac. Le 27, 1000 personnes en AG.

Article Ouest France sur l’occupation de la fac de droit.


• Nice

7 avril  : 350 etudiants à l’AG en fac des sciences ce midi (50 à la contre-AG organisée par la direction & UNI-FAC. Le mouvement ne s’essouffle pas. Le blocage de 2 jours aura permis aux étudiants de prendre conscience de la situation.

Un collectif de lutte contre la casse de l’enseignement supérieur regroupant des syndicats de l’enseignement supérieur de Nice (FSU06, Solidaires étudiant-e-s Nice, CGT educ’action et bientôt d’autres) s’est constitué : il s’agit de sauve ta fac 06.

Près de 200 Personnes qui se sont réunies le 30 mars pour se prononcer sur le sujet des réformes ORE et de la création de diplômes d’établissement privés. Les étudiants et étudiantes ont ainsi voté pour la motion émise par Sauve Ta Fac 06, voir ici ( 8 abstentions, 6 votes contre, 100 votes pour ) et le blocage de l’université Valrose, le mardi 3 avril ( 10 abstentions, 10 votes contre, 102 votes pour )

Pétition : « Non aux masters payants à Nice »
Le texte à signer concerne le coût des masters labellisés Idex de l’université de Nice [2] (notamment les masters BOOST et MARRES qui remplaceront les options ‘environnement’ du master de biologie actuel quasi gratuit).
3 avril : Un campus de Nice bloqué par des étudiants opposés à la réforme de l’université


• Normandie

Les universités de Rouen et Caen en partie bloquées « contre la sélection et la répression ».
A Caen le bâtiment occupé sur l’université a été évacué par la police en toute fin d’après-midi du 28 mars 2018.

A Mont St Aignan (Université de Rouen), bâtiments bloqués les 28 et 29. Blocage reconductible voté.

Au Havre, un court blocage.


Paris

• IEP

6 avril : environ 240 personnes en AG à l’IEP de Paris, c’est un début !

• Paris 1. Tolbiac

10 avril Charles Soulié, Maître de conférences en sociologie à l’Université Paris VIII et spécialiste des politiques universitaires, interviendra dans le cadre de l’université ouverte de Tolbiac mardi 10 avril de 16h à 18h (amphi à préciser) autour du thème : « Idées d’université et contre révolution managériale ».

5 avril AG à St Charles (arts plastiques de P1) blocage voté à l’immense majorité

4 avril, le programme de Tolbiac Université Ouverte : cliquez sur l’icône ci-dessous.
JPEG

Invités à la Commune libre de Tolbiac

2 avril AG étudiant.e.s cheminot.e.s à Tolbiac. Amphi plein. Comme dit le président sur France Culture : "je crois que le mouvement est en train de prendre !"

Synthèse de la mobilisation de Tolbiac sur Tendance Claire

Témoigner autant que faire se peut. Voilà près de deux mois que les étudiant.es de Tolbiac centralisent les luttes de Paris 1 contre la sélection à l’université. La fac, surnommée "Tolbiac la Rouge" depuis des décennies, a certes été occupée quelques soirs depuis le début de cette lutte, mais jamais avec autant de succès. Tout au long du week-end dernier, les corporations étudiantes, majoritairement sexistes et racistes, ont communiqué massivement contre l’occupation reconductible de Tolbiac à compter de ce lundi 26 ; occupation votée lors de la dernière assemblée générale. Malgré leur présence massive à l’assemblée générale d’hier matin, qui a rassemblé au plus fort près de 900 personnes dans un amphi N plein, ces associations n’ont pas pu défaire cette occupation par le vote. Certain.es attribuent ce succès au contexte de solidarité avec les étudiant.es de Montpellier.
Beaucoup ont en effet été décidé.es à rejoindre le combat contre la sélection après cette agression fasciste. Pour d’autres, étudiant.es boursier.es, le blocage était la condition sine qua non de leur mobilisation, afin de ne pas être pénalisé.es par l’université. Dès lors, on s’est organisé.es. Des ateliers sont préparés afin de proposer des alternatives positives à Parcoursup et aux problèmes liés à l’enseignement supérieur. Un autre atelier propose une formation à la prise de parole pour les femmes et minorités de genre. On parle de futur, de possibilités. A 21h, la fac n’est plus remplie que par des occupant.es, qui sont près d’une centaine. On regarde le film Pride, on joue au Loup Garou, ou à la PS3. Ce matin le réveil était chaleureux.
Quelque chose de grand se prépare. © LaMeute - Graine

***

• Sorbonne-Université (Paris-IV)

Paris ce mercredi 4 avril par des opposants à la loi sur les nouvelles modalités d’accès à la fac. La faculté de Lettres de Sorbonne-Université (Paris-IV) est fermée mercredi, "suite à des blocages d’étudiants", a indiqué la direction de l’établissement, précisant que pour le moment, il s’agissait de son seul site bloqué. Fermeture totale du campus Clignancourt.

Communiqué du comité de mobilisation, envoyé aux étudiants ce matin [4 avril] à 10h :

Contrairement aux informations communiquées par l’administration, le centre Clignancourt de Paris IV est ouvert aujourd’hui. Nous organisons la tenue d’espaces de travail dédiés aux étudiant-e-s qui désirent travailler dans le calme, et négocions activement l’ouverture de la Bibliothèque Universitaire et de plusieurs salles de cours à laquelle l’administration se refuse pour le moment.

***

• Paris 8

3 avril : blocage


•Pau

• Blocage de la fac les 21 et 22 mars, plus de 200 étudiant-e-s à la manif du 22 ce qui est important pour une ville comme Pau.
3 avril  : « La mobilisation des étudiants se poursuit par le blocage de la fac de lettres de Pau. Une AG est prévue ce mercredi midi. » (La République des Pyrénées)


•Poitiers

Un amphithéâtre est occupé par les étudiants depuis la semaine dernière.


•Rennes

9 avril  : Dès 5h30, l’université a été bloquée par 200 étudiant·e·s contre le projet de loi ORE.

JPEG - 137.5 ko

Grosse mobilisation depuis plusieurs mois sur le campus de Rennes 2. AG massives, blocages totals récurrents. Le 22 mars, le bâtiment de la présidence de Rennes 2 a été bloqué, ainsi que l’IEP (science-po). Suivi de la mobilisation sur expansive.info. L’amphi B7 a été réoccupé.


• Strasbourg

Le 9 avril : Patio bloqué depuis 7h30. AG prévue à 10h30 en extérieur. Pique-nique à 12h. RG présents, nombreux vigiles, des journalistes en nombre.
Tension à certains moments avec des anti-bloquage (UNI, Bastion social ?).

Le 4 avril les étudiant.e.s de l’université de Strasbourg ont été violemment expulsé.e.s du Palais universitaire par les CRS.
Auparavant, ils avaient rédigé la motion suivante (à télécharger en pdf.)

PDF - 32.2 ko
Lorsque tout…

« Lorsque tout sera privé, nous serons privé.e.s de tout. »

Le 5 avril : Communiqué de l’Intersyndicale

PDF - 47.5 ko
IS strasbourg 5 avril

• Toulouse

•Bilan d’une semaine agitée.
•Nouvelle AG au Mirail le 29 mars : 1000 personnes : *reconduite de la grève * reconduite du blocage jusqu’au 03/04 * création d’une commission tripartite (50% d’étudiant-es) pour statuer sur les modalités de tenue des examens * manifestation unitaire avec les cheminot-te-s le 03/04.
3 avril : Université Jean-Jaurès : le blocage reconduit jusqu’au vendredi 6 avril


• Tours

L’AG de l’Université de Tours (3 avril) a voté l’occupation de 3 jours reconductible. Ainsi, une nouvelle AG se tiendra vendredi afin de reconduire, ou non, cette occupation. Cela signifie que ce soir et demain soir, nous, étudiant-e-s vivrons au sein de l’université.

Une AG vendredi 6 après-midi pour décider du maintien ou non du blocage du site des Tanneurs. Celui-ci a finalement été levé par 194 voix « contre », et 168 « pour ».


• Témoignage d’un universitaire en grève à Clermont-Ferrand

Y en a marre plus généralement de cette administration centrale formée à l’ENA ou à Science po qui ne cesse de pondre des règlements absurdes pour réguler une université dans laquelle ils n’ont jamais mis les pieds. Inadmissible !

Y en a marre que les enseignants-chercheurs se fassent élire à la tête des universités et des conseils de fac sur des programmes de maintien du service public et se comportent, dès qu’ils sont élus, comme des petits chefs zélés faisant appliquer à toute force des réglementations qui cassent le service public. Honteux !

Y en marre de l’indigence des ressources humaines. Un universitaire se plaint de harcèlement auprès de sa DRH demande la protection juridique en novembre, en mars on lui répond, par oral, que la meilleure solution est encore qu’il se fasse arrêter ! Consternant !

Y en a marre que des gestionnaires aient pris le contrôle de l’administration des universités. Marre d’être pris pour des voleurs et des fraudeurs qui doivent sans cesse remplir une paperasse toujours plus importante alors que les frais remboursés sont toujours plus maigres et les délais de remboursements toujours plus long. Marre aussi de vivre dans la seule organisation où l’on demande de ne plus engager aucun frais à partir du 15 novembre pour pouvoir établir le bilan comptable ! De qui se moque-t-on ? Est-ce que l’on demande aux cadres de Michelin d’arrêter toute dépense pour des raisons comptables ? Délirant !
Lire la suite ici.


Portfolio

  • Communiqué de la présidence de Montpellier (réouverture fac de (...)

[1Ah ! ils ont des moyens, les bougres…

[2Vous savez, bien sûr, d’où vient not’ bonne ministre !