Sauvons l’Université !
Accueil du site > 08. Revue de presse > Éducation : urgences et premières revendications - VousNousIls, 9 mai (...)

Éducation : urgences et premières revendications - VousNousIls, 9 mai 2012

jeudi 10 mai 2012

Au len­de­main de l’élection du nou­veau pré­sident de la République, l’école est au cœur du débat. Si les syn­di­cats ensei­gnants se disent ras­su­rés par l’élection de François Hollande, la ren­trée ne s’annonce pas moins dif­fi­cile. Ils rap­pellent leurs reven­di­ca­tions et de son côté, le nou­veau gou­ver­ne­ment devrait très vite prendre des mesures d’urgence.

Sandra Ktourza

Les syn­di­cats res­pirent, mais l’école n’en demeure pas moins en crise. Alors que se déroule actuel­le­ment à Lille le congrès du SNPDEN-UNSA , pre­mier syn­di­cat des per­son­nels de direc­tion de l’éducation natio­nale, Philippe Tournier, son secré­taire géné­ral, indi­quait, à la veille du congrès à l’AEF, que "Pisa 2012 devrait être une nou­velle gifle".

Espoirs, attentes, revendications

Pour sor­tir de la spi­rale de l’échec, il faut pour lui "sor­tir la sco­la­rité obli­ga­toire du monde de la com­pé­ti­tion, une com­pé­ti­tion qui com­mence dès la mater­nelle avec le début de l’apprentissage de la lec­ture. Certains sont d’ailleurs exclus très tôt sans que l’on sache bien pour­quoi". Par ailleurs estime-t-il, "si l’école veut réa­li­ser les valeurs qu’elle pro­meut, les solu­tions sont déjà connues depuis 30 ans : réduire le nombre d’heures de cours, rac­cour­cir les vacances d’été, rendre le sys­tème moins élitiste".

De son côté, le SNES, pre­mier syn­di­cat du secon­daire, inter­pelle déjà le futur ministre de l’éducation, dans un com­mu­ni­qué le 7 mai sti­pu­lant qu’"un plan d’urgence pour la ren­trée 2012 doit être le pre­mier pas d’un renou­veau pour l’Éducation et par­ti­cu­liè­re­ment le second degré".

L’enseignement supé­rieur n’est pas en reste : le SNESUP-FSU, pre­mier syn­di­cat de l’enseignement supé­rieur, indi­quait l’AEF le 7 mai, demande à être reçu au plus vite, et réclame "l’abrogation du pacte pour la recherche, de la loi LRU et de ses décrets d’application (comi­tés de sélec­tion), du décret sta­tu­taire des enseignants-chercheurs, par l’abandon des pro­ces­sus dits ’d’excellence’ pour stop­per le creu­se­ment des inéga­li­tés entre établis­se­ments, l’abrogation des textes liés à la for­ma­tion des ensei­gnants et l’abrogation de la cir­cu­laire Guéant".

Enfin, les syn­di­cats dans leur ensemble attendent la "grande confé­rence écono­mique et sociale" ins­crite au pro­gramme de François Hollande, qui devrait avoir lieu mi-juillet.

Les syn­di­cats ras­su­rés par l’élection du nou­veau pré­sident, sont néan­moins dans l’attente de mesures rapides et concrètes.

Un chan­tier colossal

Lire la suite ici

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0